AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 VITALIE. (hist)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
blabla un rang

avatar




Messages : 43
Date d'inscription : 08/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://naieve.jeunforum.com
MessageSujet: VITALIE. (hist)   Jeu 19 Déc - 1:52

❝ I don't really wanna know what's good for me.


Elle chassa les larmes qui se faisaient lourdes d'un revers de main, agitant l'autre à l'adresse des silhouettes se fondant dans la bruine crépusculaire. Sur ses épaules nues, on déposa un gilet puis un mouchoir lui fut tendu afin qu'elle puisse éponger ses larmes sans que sa menotte ne soit mouillée. « Tu verras, c'est vachement cool Sleepy Bay. C'est génial comme endroit, tu t'y sentiras comme chez toi. » les yeux encore larmoyants, elle esquissa un sourire à sa cousine qui tapotait frénétiquement sur le clavier de son portable. Elle tremblait de la tête aux pieds et semblait être sujette à de violents tremblements; elle ne releva pas et la serra dans ses bras. « Merci d'être là Babette. » « Babsi. » elle grogna en soufflant sur une mèche qui barrait son visage. Vitalie regarda une dernière fois dans le pare-brise derrière elle et posa sa tête contre la vitre vibrante de la voiture. Une boule menaçait d'exploser dans son estomac; malgré la présence de sa cousine, elle se sentait perdue et abandonnée de son côté de la banquette arrière. Ses parents étaient déjà là-bas, ils n'attendaient plus qu'elle et ils avaient même envoyé Babsi pour la mettre en confiance. Mais il lui faudrait du temps. Beaucoup de temps, pour s'y faire. « Hé ! Ramzi ! On fait une pause au prochain air, okay ? » Vitalie sentit une main lui tapoter l'épaule doucement et une brise s'engouffrer dans la voiture; Babsi lui chuchotait de se réveiller, pour aller se dégourdir les jambes. Alors elle jeta un coup d'oeil à sa montre -tout irait bien, elles ne rateraient pas leur vol. Elle sauta hors de la voiture et suivit sa cousine jusqu'au mur derrière lequel elle s'était engouffrée. « Babet-.. Babsi ? Qu'est ce que tu fais ? » contre le mure, un pouce maintenant la feuille à rouler dans une main et ce qu'elle allait y mettre dans un petit sachet, dans l'autre main. « Attends tu veux bien m'aider à ... tiens prends la planche entre tes mains, tu vas me servir de table. » Vitalie s'exécuta, admirant ses gestes minutieux, ses doigts souples sur le papier et le coup de langue parfait qu'elle lui asséna -pour qu'il colle, elle expliqua. De sa veste en cuir elle sortit un briquet magnifique, doré, décoré de ses initiales et d'un geste parfaitement maîtrisé, elle alluma le bout du joint. « Tu veux essayer, Vi ? » un rictus sournois sur le bout des lèvres, elle souffla la fumée opaque sur le visage inquiet de Vitalie qui secoua frénétiquement la tête et laissa tomber la planche de bois qu'elle tenait entre ses mains. « Je préfère retourner à la voiture ... » Babsi haussa les épaules et lui tourna le dos. Quatorze-ans. Vitalie tituba jusqu'à un robinet pour se rincer les mains, le visage, boire de l'eau -puis la recracher, n'étant pas habituée au goût rustre de l'eau courante. Allez, trouillarde. Elle retira son gilet et épongea son visage. Oh elle aurait pu oublier cet épisode, cette journée toute entière si plus tard Babsi n'avait pas perdu connaissance dans l'aéroport, quand elles n'étaient plus que toutes les deux à attendre dans la salle d'embarquement. « Tu dois rien dire à tes parents ou aux miens ... tu dois rien leur dire sinon, ils nous empêcheront de nous voir et ils me ficheront à la rue. » Vitalie opina plusieurs fois, une expression surprise et désemparée sur le visage, sa cousine entre ses bras, une serviette mouillée dans la main et aucune idée de ce qui avait pu provoquer cette perte de connaissance de la part de Babsi. Mais elle lui avait promis de ne jamais prévenir les adultes quand il lui arrivait quelque chose et de s'occuper personnellement d'elle.


❝ Jealousy, turning saints into the sea.


Il fallait vérifier une dernière fois, s'assurer que toutes les lumières étaient bien éteintes, les gamelles pleines, le chien endormi, enclencher l'alarme et cacher une clé dans ses cuissardes. Elle passa ses doigts entre ses mèches et appliqua rapidement une couche de rouge à lèvres et se saisit de son portable; elle passait prendre Babsi et ses amies dans moins d'un quart d'heure, près de l'abri bus, à la sortie de Sleepy Bay. « Waouh ! Je t'avais jamais vue sapée de la sorte. » plantée près d'un lampadaire, le visage caché par une tempête de cheveux blonds dansant avec le vent. Choc. Retrouvailles inattendues, Vitalie laissa glisser sa pochette entre ses doigts et se frotta les yeux. Impossible, ça devait être un mirage, une mauvaise blague, elle se trompait de personne. « Bah alors ? Toujours aussi facilement intimidable. » le blonde s'avança vers elle, démarche souple, port altier, menton pointant vers le ciel. Arrivée près, trop près de Vitalie, elle tendit son bras. « Houna ... » Vitalie attrapa la main offerte et s'élança dans ses bras, pour la serrer contre elle. Elle voudrait la serrer assez fort pour qu'elle se fonde dans sa silhouette et qu'elle n'ait plus jamais à la quitter. « Ça fait ... » « 2 ans, exactement. » des larmes glissèrent le longs de ses cils et vinrent s'échouer sur l'épaule d'Houna. On ne reviendra plus jamais ici, tu peux dire adieu à cette petite teigne, dire adieu à sa tête de rat, dire adieu à ses cheveux filasses et mieux te concentrer sur comment rattraper ta bêtise, comment faire pour ne pas gâcher ta vie, espèce de petite sotte. Vitalie inspira profondément et rompit l'étreinte, pour papoter, bavasser, de tout, de rien, comme au bon vieux temps. Et qu'est-ce qu'elle faisait ici, Houna ? Et elle lui avait beaucoup manquer. Elle prenait toujours soin de ne pas évoquer leur dernière journée passée ensemble; ce jour où la mère de Vitalie avait découvert un démon dans son petit ange. « 'suis à la rue, voilà. » comment ça, elle aussi ? Après Babsi, c'était à son tour ? Elle aussi avait été mise à la porte ? « Comment- » « Je me suis enfuie, j'en avais marre. J'ai pris un aller simple pour Dublin, avant que l'argent soit retiré de mon compte et je savais que t'étais à Sleepy Bay donc je suis venue ici. » et câlin et rires et Vitalie lui proposa de venir avec elle au Temple Bar, à Dublin, justement. On passerait prendre sa cousine qui devait s'impatienter, maintenant. Houna acquiesça, évidemment. Tout semblait beau et idyllique, leur amitié repartait sur de bonnes bases : Vitalie était tellement heureuse de la voir qu'elle ne se doutait pas des conséquences de son retour. Si sa mère l'apprenait ? Où elle vivrait ? Est-ce qu'elle avait un projet, pour subvenir à ses propres besoin ? Non, elle ne s'inquiétait pas. Et c'est après quelques verres que, lorsqu'elle chercha son amie dans la foule dansante, qu'une boule se coinça dans sa gorge. Elle tituba maladroitement jusqu'aux toilettes, incapable de vomir quoi que ce soit -puisqu'elle n'avait rien mangé depuis la veille-, elle se contenta de se s'asseoir sur le sol crasseux, incapable de comprendre ce qui lui arrivait. « Hé Vitalie tu vas bien ? Vi ! » pourquoi s'était-elle donnée la peine de la suivre ? Vitalie se sentait incapable de cracher ne serait-ce qu'un lâche-moi assez ferme pour qu'elle la laisse en paix. Qu'elle retourne déboutonner le chemisier de son amante et qu'elle la laisse tranquille. « Stop. » elle réussit à balbutier alors qu'on essayait de la relever. Bon sang, elle n'était pas une foutue poupée, elle pouvait très bien se débrouiller toute seule. Elle qui avait voulu oublier ce baiser à peine échangé. Tout bénin. Même pas arrivé à terme puisque sa mère l'avait tirée par le coude pour la tirer jusqu'à la voiture. Mais évidemment, ça faisait deux ans et ce n'était qu'un stupide smack furtif, une sorte de jeu entre gamines de 17 ans. Mais c'est parce que tu l'aimais, que tu l'aimes toujours, que ça fait mal.
Revenir en haut Aller en bas
blabla un rang

avatar




Messages : 43
Date d'inscription : 08/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://naieve.jeunforum.com
MessageSujet: Re: VITALIE. (hist)   Sam 21 Déc - 22:19

❝ I don't really wanna know what's good for me.


« Tu es trop émotive. » comme une ombre, la jeune femme sortie de nulle part s'empara d'un mouchoir qu'elle passa minutieusement sous les yeux de Vitalie. Une mèche blonde s'échappait de son peigne dont elle défit d'ailleurs les cheveux pour aller le glisser dans la chevelure brune de la jeune fille assise près de sa coiffeuse. Les cristaux se réverbéraient sur les murs de la chambre, Vitalie sentit d'autres larmes remplir ses yeux. « Si tu pleures, ton maquillage va couler. » la brune leva son regard brillant vers sa sœur, un sourire aux lèvres et le pouls incontrôlable. « Ce n'est pas tous les jours qu'on obtient les meilleures résultats aux examens de fin d'année. De plus, papa a quelque chose de très important à annoncer, tu dois être présentable. » Vitalie opina et se leva enfin de sa chaise pour faire face à sa sœur. Le geste doux, elle enveloppa la taille de cette dernière et enfouit sa tête sur son épaule. Elle l'avait toujours admirée pour sa maîtrise d'elle-même et ce malgré les choix que lui avait imposés son père ; ce n'était pas facile d'être l'aînée de la famille de Cômes. Lisa ne s'en plaignait jamais ; personne ne savait vraiment si son avenir tracé lui convenait, pas même Vitalie. La musique s'arrêta, Lisa stoppa l'étreinte et tendit la main à sa sœur, un sourire resplendissant et un air vacillant entre fierté et appréhension flottait sur son visage. « Tu penses que je m'y habituerai ? Comme toi je veux dire. » l'aînée frotta une joue de sa sœur avant de lui faire un clin d’œil rassurant ; elle ne pouvait pas lui dire que le stresse disparaîtrait ; dire quelques mots juste après papa devant une table pleine de personnes pendues aux lèvres de celle qui s'apprête à parler ne devenait jamais une habitude. Et plus l'on grandissait, plus l'on espérait que ces occasions s'amoindrissent. uc


❝ Jealousy, turning saints into the sea.


Mais tu sais pas de quoi tu parles, j’ai essayé ça sert à rien, on change pas, on change jamais Et quand bien même de toute façon ici y a pas de deuxième chance, on efface pas les ardoises Me dis pas que t’es pas au courant, t’as pas vu ? C’est imprimé partout ! Dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens, c’est même écrit en grand sur les immeubles la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis C’est marqué en rouge : tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu kanes comme ça Seul à poil face à ton reflet, ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seul témoin. Mais tu sais pas de quoi tu parles, j’ai essayé ça sert à rien, on change pas, on change jamais Et quand bien même de toute façon ici y a pas de deuxième chance, on efface pas les ardoises Me dis pas que t’es pas au courant, t’as pas vu ? C’est imprimé partout ! Dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens, c’est même écrit en grand sur les immeubles la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis C’est marqué en rouge : tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu kanes comme ça Seul à poil face à ton reflet, ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seul témoin. Mais tu sais pas de quoi tu parles, j’ai essayé ça sert à rien, on change pas, on change jamais Et quand bien même de toute façon ici y a pas de deuxième chance, on efface pas les ardoises Me dis pas que t’es pas au courant, t’as pas vu ? C’est imprimé partout ! Dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens, c’est même écrit en grand sur les immeubles la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis C’est marqué en rouge : tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu kanes comme ça Seul à poil face à ton reflet, ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seul témoin.
Revenir en haut Aller en bas
 

VITALIE. (hist)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aspirateur
» Peter Pan
» histoire relation internationale
» Le baccalauréat : in or out?
» LA PLUS LONGUE HISTOIRE DROLE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
set fire to your insides
 :: 
fiches persos
-